Un week end dans la capitale pour le marathon de Paris

Un week end dans la capitale pour le marathon de Paris

Un an que j’en rêvais, je m’étais inscrite l’année dernière après Bordeaux, après avoir lu des tonnes de compte rendus de course.

Bref, déjà une semaine (oui j’ai encore oubliée publier mon article en temps et en heure, blogueuse en carton!!!), malgré la fatigue, (c’est plus la logistique autour de ce week end qui m’a fatiguée le plus je crois), je suis toujours sur mon petit nuage. Je me trimballes avec ma médaille dans mon sac, jamais loin de moi de peur qu’on me la vole, et surtout avec ce petit ruban rose/ orange avec son inscription #parismarathongirls, pour le coup, pas du tout discret mais pas un seul de mes collègues n’a fait de remarques. Pas de douleurs, pas de courbatures et pourtant j’en ai c***, l’après course, j’avais mal partout.

Je vous racontes tout en détails?? Vous êtes prêts? Ca va être long, je vous préviens.

Jour J-6, je dois prendre le train vendredi, ce n’est pas un jour de grève et pourtant, seuls 2 trains circulent. Je suis stressée, j’ai fais poser ma cuisine la semaine d’avant, on a pleins de galères et en général, je ne suis pas chanceuse. Je décides d’annuler mes billets et d’opter pour un autre moyen de transport.

La voiture, trop long, et puis ça va être la galère pour la garer, pour la redescendre, le co-voiturage, pourquoi pas?

Le bus? Il part de Marseille, il faut encore trouver quelqu’un pour m’emmener a la gare.

Au final, j’opte pour l’avion et avec du recul, j’ai bien fait.

Jour J-2, quelle galère a l’aéroport, du monde de partout, un avion qui décollera en retard, ca annonce la couleur. Bref, trop contente d’arriver a Paris. Direction le salon du running, je retire mon dossard, passe sur le stand de chaussettes de Marine Leleu, mon psycho-pote y travaille, je suis trop contente de le voir. En même temps, je m’inscris a la Paris Run Breakfast du lendemain.

Jour J-1, je retrouve une partie de ma team les psychopathes a Rivoli, pour la Paris Run Breakfast donc, une petite course sympa, non chronométrée, on passe devant le Louvre, et quelques autres endroits touristiques, on s’amuse, on fait les fous, les 5 kms passent super vite qu’on arrive au pied de la Tour Eiffel, pour un petit déjeuner typiquement français, des pains au chocolat pour certains, des chocolatines pour d’autres, pas de jaloux hein, pas de polémique ici.

On passera un bon moment a faire des photos. Comment je me sens a ce moment là? Tout simplement heureuse et pas stressée pour un sou.

Resto du midi ou le plat de pâtes est de rigueur. Re salon du running, rencontres instagram, j’adore.

On a dit on rentre tôt, on se repose l’après midi, c’est raté, je rentres a l’appart à 17h00 vannée de ma journée, ma montre m’affiche plus de 20 000 pas. Petite galère dans le Airbnb, fuite d’eau, génial, mais on ne se prends pas la tête on est pas là pour ça, on est la pour relever ce défi pour lequel on s’entraine depuis 3 mois.

Jour J, nuit pas terrible mais je suis en pleine forme, prête à en découdre. Je rejoins ma team à l’Arc de Triomphe.

On est super en avance, mais je ne vois pas le temps passer avec eux, on se fait des tatouages, on rigoles, on fait les cons, ca fait du bien!!!

Le départ est donné, ca y est, peur, excitation, je cours avec Sophie, je suis contente de ne pas être toute seule. On passes devant le Louvre, ouh les pompiers, ils sont bien gaulés hein, une petite blague, des mots échangés avec un coureur!!!!

Ce qui me stressait le plus, c’est con a dire mais c’était le temps qu’il allait faire, je ne voulais avoir de pluie, et ben bingo, pas de pluie mais une chaleur écrasante, jamais contente la fille!!!!

Les premiers 5 kms passent à une vitesse folle, 34 minutes a ma montre, Sophie n’en peut plus, la pauvre, je n’ai pas envie de la laisser mais elle me demande de partir. Quelques mots pour la dissuader d’abandonner quand même et me voilà repartie, je suis entourée de je ne sais pas combien de coureurs mais un sentiment de solitude m’envahit, j’en ai la chair de poule alors que j’ai chaud. Je m’enferme dans ma bulle, je continues de courir, je penses a tout et a rien, mon corps est là mais mon esprit est ailleurs.

Plus rien n’a d’importance pour moi, je suis bien mais je suis dans un état second.

On m’a dit, tu verras, tu ne peux pas t’ennuyer sur le parcours, il y a tellement de belles choses a voir. Je n’ai rien vu, honnêtement, quand j’y repenses c’est fou.

Je savais qu’on m’attendait au 9éme kms, alors je cherchais leurs visages parmi les personnes au bord de la route. J’étais la ou je devais être, j’étais heureuse.

Je ne sais plus si c’était avant ou après les ponts, toujours est t’il qu’on est passé a côté d’un cimetière. J’ai pensé a mon grand père, a mon ami partis bien trop tôt, a qui je n’aurais jamais l’occasion de leur dire que je suis marathonienne. Des larmes commencent a couler le long de mes joues, je suis a fleur de peau, j’ai du mal a respirer. J’accèleres sans le vouloir, pour ralentir ensuite, accélérer, ralentir, je suis en train de me crever. Je souffles un bon coup, j’arrives a me reprendre tant bien que mal.

23éme kms, la musique se coupe, sans musique, je ne peux pas courir, ma bulle éclates, et ca commence a être dur, ce tunnel qui pue, interminable, sans intérêt, ma montre qui perds son signal GPS, mon marathon commence a ce moment là, et les incertitudes commencent a arriver.

Alternance de montées, et de descentes, le meneur d’allure 5h00 me passe devant, mon objectif de 4h59min 59s me passe sous le nez, je me bats, je ne veux rien lâcher. Un coup d’oeil a ma montre, mais il court vachement vite pour un objectif de 5h00 le bonhomme la, sur moins de 500 mètres, il a réussi a me tuer. Tant pis, je le laisse s’en aller, je m’accroches.

Ma playlist se remets a fonctionner comme si de rien n’était, je suis soulagée. J’ai bien ralenti l’allure, je ne veux pas marcher, mes cuisses commencent a se durcir, je ne veux pas me prendre le mur.

Est ce à ce moment que je ressens la main réconfortante de la capitaine de ma team dans mon dos, je ne sais pas, les souvenirs sont tout emmêlés dans ma tête et depuis que ma musique est revenue, ma bulle s’est recrée autour de moi.

30581742_856398371222184_323658096792567808_n

Crédit photo: Farhay photographie

Km 30, je sais que sylvie nous attends, je la cherches, je ne la vois pas, je suis un peu déçue mais au final, elle était au km 32, je suis heureuse de retrouver un visage familier. Il fait chaud, c’est dur!!!!!

Km 34, j’ai faim mais je n’arrives pas à manger, je préfères m’arrêter au ravito perdre un peu plus de temps, me forcer a manger, je n’ai pas envie de tomber. Je relances la machine, hophophop, ça fait mal, le meneur d’allure 5h30 me passes devant. Je recommences a pleurer, je n’y crois plus et décide de marcher, j’alternes course et marche le temps de me calmer. Ca fait de plus en plus mal de repartir, je ne sais combien de temps j’ai marché, combien de temps j’ai pleuré.

Je ne sais pas ou j’ai trouvé la force de tenir mais je repars. De toute façon, ca fait moins mal de courir que de marcher!!! Il ya de plus en plus de monde qui marche, je m’accroches, je suis cette ligne verte. Je rages, ma montre sonne 500m avant les panneaux, je ne sais pas ou j’en suis.

On passe devant la fondation Louis Vuitton, le seul bâtiment que j’ai remarqué sur le parcours c’est dire, c’est bientôt la fin et j’ai hâte. Dernier virage, j’entends le speaker, c’est bon, j’y suis presque.

J’aperçois l’arche d’arrivée, j’accélères, je donne tout, j’en ai tellement marre. Un regard vers le ciel, je sais que de la haut, ils ont veillés sur moi, j’espère qu’ils sont fiers autant que je le suis.

5H et 28 minutes d’efforts, c’est long et c’est court en même temps, j’ai souffert de la chaleur, je suis loin de mon objectif, on s’en tapes l’essentiel n’est pas là, j’ai réussi, je suis MARATHONIENNE pour la seconde fois.

3 mois de prépa, un peu plus de 500kms de parcourus, je suis MARATHONIENNE.

A tout ceux qui n’ont pas crus en moi, vos mots m’ont portés vers cette arche d’arrivée, je ne vous en veut pas.

A tout ceux qui ont crus en moi, alors que j’y croyais pas moi même, je vous en remercie.

A toi mon corps, je ne t’aime pas la plupart du temps, encore une fois, tu m’as prouvé encore une fois que j’avais tort.

A toi qui te pose encore des questions sur ta capacité a courir un marathon, je n’ai qu’un conseil a te donner. Entraines toi du mieux que tu peux, ne te poses pas trop de questions et fonce.

C’est dur, je ne vais pas te mentir, c’est tellement dur mais ça en vaut vraiment le coup. Tu pousses ton corps dans ses retranchements, je suis sensible mais pas démonstrative, de l’excitation, du bonheur, de la peur, de la tristesse, il y a tellement de sentiments qui m’ont habités pendant ses 5H28.

Comme je vous l’ai dit en début d’article, une semaine après, je suis toujours sur mon petit nuage et j’ai du mal a y croire. Le lendemain, ça me tirait légèrement dans les cuisses mais pas de courbatures et le surlendemain rien, le corps humain est une machine et décidément je n’y comprends toujours rien.

Si j’ai envie de retenter l’aventure??? Juste après avoir passé la ligne d’arrivée, je me suis entendue dire plus jamais, 2 marathons c’est suffisant comme ça!!! mais je crois que j’ai parlé sur le coup de la colère, à la fin du marathon, j’avais mal partout, j’en pouvais plus, je ne pouvais pas m’asseoir puisque je ne pouvais tout simplement pas me pencher, mes cuisses me faisaient horriblement mal.

Mais maintenant, j’ai un autre projet en tête, wait and see.

Une phrase que j’adore et je terminerais la dessus,  » la douleur est temporaire, la fierté est éternelle ».

Mais pourquoi tu cours???

Mais pourquoi tu cours???

« Mais pourquoi tu cours? Mais pourquoi tu cours autant? T’es en période de sèche? T’es un peu sadomasochiste???

Tu cours mais pas vite!!! Franchement c est pas pour toi!!! »

Pff 🙄, je t’en poses des questions moi????

Mais je vais te répondre!!!

Et non, mon gars, je cours parce que je suis en prépa marathon en ce moment.

Mais pas seulement, j’ai commencé réellement en décembre 2015, j’étais seule et un peu triste aussi. Je me sentais tellement mal dans ma peau. Je me suis achetée une bonne paire de baskets, un leggings, un pull et c’était parti mon kiki. J’ai délaissé mon canapé!!!

Au début, ce n’était pas vraiment une partie de plaisir, je me forçais, c’était dur je ne vais pas dire le contraire mais je n’ai pas abandonné. Très vite, le plaisir a pris le dessus.

J’étais seule avec moi même, je ne l’ai pas fait parce que j’avais quelqu’un qui le faisait devant moi, je ne l’ai pas fait parce qu’on m’avait un peu bousculée, non, je l’ai fait pour moi, je me sentais tellement libre et je me sens toujours aussi libre.

Un livre audio ou une playlist un peu entrainante suffisent, je laisse mon esprit vagabonder. Je pense a mes prochains objectifs, je pense a ce que je vais faire a manger, je cherches une solution à mes problèmes. Mes jambes sont en mouvement, ma tête bouillonne.

Ou alors son contraire, ma tête est trop pleine, j’ai passé une sale journée, je ne penses plus a rien et quand j’ai fini ma séance, les endorphines font leur boulot.

Alors oui, des fois, c’est dur. Mais je crois que tu as dit que la CAP t’ennuyait, la preuve que non. Il y a des séances « faciles » et d’autres un peu moins, mais il suffit juste de s’accrocher, je te le promets.

Je vais aussi courir quand je suis fatiguée et bizarrement, ça me mets une pêche d’enfer.

Avant la CAP, je n’étais pas très organisée, je me cherchais un peu, je commençais des choses sans jamais les finir vraiment, ça fusait de partout, maintenant, je suis plus calme, je suis posée et organisée, (peut être aussi parce que j’ai un peu vieillie mais chut faut pas le dire, c’est dans la tête) je sais dans quoi je m’engage généralement, je sais où je vais, ce que je veux, un peu trop peut être, la CAP me canalise, me dé-stresse en général!!

Avant, j avais des problèmes de sommeil 😴, je fais toujours des insomnies mais celles ci sont moins nombreuses.

Je ne cours pas pour les performances.

Ce serait complètement hypocrite de dire que je ne vise pas des « temps », je n’ai pas dis ça. Bien sûr que je me fixes des petits défis, mais je ne me prends pas la tête, je ne vais pas me rendre malade, risquer la blessure pour ce fichu chrono. Je me fixes donc des buts, mais l’essentiel pour moi, vraiment c’est de passer la ligne d’arrivée sans encombres et avec des amis si possible.

Je ne suis en compétition qu’avec moi même, toujours faire mieux qu’hier mais je n’oublies pas que ce n’est pas mon métier, je ne joues pas ma vie.

Avec des amis oui, parce que la CAP est un sport qui se pratique seul mais aussi en groupe. L’année dernière, j’ai couru les 20kms de Paris avec ma psycho potes Stéphanie et c’était génial de partager ses moments à 2.

Je cours pour être fière de moi. Pendant plusieurs années, j’ai complètement perdu confiance en moi. La CAP m’aide au quotidien, si je réussis à courir un marathon, un semi, je me suis entrainée dur pour y arriver. Qu’est qui m’empêche donc de prendre la parole en public, qu’est qui m’empêche de réaliser ces défis qui me font peur au boulot?

J’ai commencé pour perdre du poids, maintenant c’est pour m’entretenir. Quand je sais que je vais me faire un repas un peu plus calorique, en avance de phase je vais courir pour compenser les écarts et inversement, le lendemain de Noel, j’ai couru pour faire de la place pour le prochain repas. #courirpluspourmangerplus 🙂

Mais tu es un peu droguée quand même c est pas possible??

Oui peut être un peu puisque je ne peux plus me passer de mon sport 🏋️‍♂️ alors dans un sens oui, la course à pied 🏃‍♂️ peut être considérée comme une drogue mais propre 😂😂😂 qui fait du bien. Oui parce que j ai remarqué une chose également, a part mes allergies, je suis beaucoup moins malade.

(J adore cette photo)

Pour résumer, la CAP c est ma bulle, ma façon de prendre soin de moi, mon exutoire, ma soupape de sécurité, mon bien être.

Et puis, en ce moment, j’ai cette chose qui me turlupine dans ma tête, l’espace d’un instant, je ne penses plus et c’est cool de poser son cerveau de temps en temps. On dit souvent, tu cherches une réponse a tes problèmes, vas courir!!! Si tu ne trouves pas la solution a tes soucis, c’est qu’elle n’existe pas.

C est un peu le bazar donc dans ma tête mais c est pas grave ça ne va pas durer!!!

Je ne vais quand même pas me morfondre au fond de mon canap non je préfère me bouger!!!

Maintenant, toi, pourquoi tu ne cours pas?

Quoi, jamais de la vie, j’ai juste envie de te dire que moi aussi, j’ai eu cette petite phrase malheureuse un jour, et maintenant, regarde, j’en suis là, en pleine préparation de mon 2éme marathon ………

Ne jamais dire jamais…..

365 project #8

365 project #8

Coucou tout le monde, on se retrouve aujourd’hui pour les photos de ma 7éme semaine de projet 365 et mon ordi est un peu fatigué, je pense qu’il va bientôt valoir y remédier, je ne pourrais pas continuer comme ceci longtemps.

Place aux photos:

IMG_5175

20 février: ma 1ére paire de stan smith, j’ai résisté looonnnggggttteeemmppps mais j’ai craqué!!!!

FullSizeRender-2

21 février: regard dans le rétro, le ciel était magnifique ce soir là!!!

IMG_5196

22 février: extrait de mon livre du moment, chaque personne a une mission sur terre…

IMG_5226

23 février: silence ça pousse!!!!

IMG_5230

24 février: pas d’inspirations, je sors de chez le coiffeur!!!! Il ne m’a pas raté au contraire mais la fatigue se lit un peu trop sur mon visage!!!!

IMG_524125 février: encore des fleurs, vive les beaux jours!!!!

IMG_524726 février: se balader sans manteau avec juste un petit pull 16,5 degrés nous n’étions pas seuls a la plage!!!!

365 project #7

365 project #7

Cette semaine là, il y a eu:

-13 février: « sur ma route » chanson très connue, mais moi je n’ai retenu qu’une seule parole,

Se souvenir d’un joli ciel!!!

-14 février: C’est la saint Valentin, tous les ans, J m’offre des fleurs. On va arrêter le carnage cette année puisqu’a chaque fois c’est la même chose, Caramel me les mange…

Et cette semaine, il s’est attaqué a ma plante préférée, grrr….. Il s’est fait un cactus une fois.

-15 février: proverbe de papillote de noel retrouvé je ne sais plus ou.

-16 février: Caramel et son nouveau ballon.

-17 février: ciel bleu et les 1éres fleurs, je me sens revivre.

-18 février: redécouvrir sa ville!!!

-19 février: J’ai troqué enfin mon manteau pour une veste demie saison, et je suis a l’affût de la moindre petite fleur!!!

365 project #6

365 project #6

C’est fou quand on est plus jeune, on a pas la même perception du temps qui passe!!!! J’en parlais la semaine dernière avec une petite lycéenne de 18 ans, et plus on vieillit et plus on s’en rends compte!!!! Mode mamie activée 🙂 !!!!

IMG_50406 février: coucher du soleil en allant au tir a l’arc

IMG_50487 février: selfeet et pomme de pin, il a fait froid aujourd’hui!!!!

FullSizeRender-28 février: celui qui nous faisait tourner en bourrique avec ses bêtises, il les enchaine!!!!

IMG_50749 février: encore une apres midi de passée en salle obscure!!!

IMG_508010 février: Salle d’attente, en 2017, j’ai pris la résolution de prendre du temps pour moi et de prendre soin de moi. Ca passe aussi par là, rendez vous chez le dermatologue, j’ai des vilains grains de beauté!!!

IMG_508911 février: notre QG, encore au cinéma!!!!

IMG_509712 février: faire des expériences… préparer des semis en faisant du recyclage avec des vieilles boites d’oeuf….

365 project #5

365 project #5

Au revoir janvier, bonjour février!!!!! Le temps qui file sans qu’on ait le temps de dire ouf, c’est fou!!!!

img_4960

30 janvier: clap de fin d’une jolie journée, je ne l’ai pas vraiment vu passer a vrai dire!!!!

img_4979

31 janvier: En ce moment dans l’assiette c’est super dur mais je n’ai pas envie de reprendre du poids alors je me suis inscrite dans une salle de sport.

Finies les excuses et je ne peux pas dire que c’est une bonne résolution, janvier est fini!!!

img_4992

01 février: Cinéma, raid zone, j’ai rigolé du début à la fin!!!! Je recommande!!!!

img_4998

02 février: celui qui adore le téléphone, dés que je le sors il vient toujours s’y frotter. Du coup, pour le prendre en photo, ça devient de plus en plus dur, là j’ai profité du moment ou il commençait tout juste à s’endormir.

Non, Caramel, le téléphone ce n’est pas fait pour les caresses!!!!

 

img_5008

03 février: ciel gris après la pluie et apparemment il va y avoir de l’orage, je n’aime vraiment pas ça!!!

fullsizerender-204 février: ces 2 là, Caramel vous le connaissait déjà et à la fenêtre c’est Gribouille. C’était un sdf et puis on a décidé de lui donner à manger er a boire, on lui a fait une jolie cabane et depuis il est toujours chez nous.

Il est souvent à la fenêtre et entre ces 2 là, c’est souvent « je t’aime, moi, non plus ». Ils s’observent et puis des fois Caramel saute pour le chasser et quand il n’est pas là, il pleure si si je vous jure et même qu’il fait ça des fois à 6h00 du mat’.

img_502005 février: Même joueur joue encore, programme de l’après midi, encore malade.

365 project #3

365 project #3

Une nouvelle semaine sur Paris, mon stage toujours super dur, le froid, hâte d’en finir!!!!

img_484116 janvier: Ce ne sera certainement pas la plus jolie des photos de mon année mais je tenais absolument à garder une trace de ce joyeux bazar.

Tous les matins, je passe devant et tous les matins j’ai le smile, il fait super froid et au lieu de faire la gueule ou quoi que ce soit on voit qu’ils sont contents d’être là ou ils sont. Tous les matins, ils commencent leur journée en chansons et en dansant je vous assure ils ont une petite chorégraphie, j’adore!!!!

img_4845

17 janvier: pas d’inspirations je suis malade. Ce matin quand je suis partie il faisait encore noir et en rentrant il fait toujours aussi noir longue longue journée. Et j’ai pas réussi à me réchauffer!!!!

img_4847

18 janvier: Ca y est on a eu nos derniers cours ouf je n’en pouvais plus place aux examens demain et vendredi matin finito….

Même si le stage était super dur même si c’était peut être pas le meilleur moment pour moi même si il a fait super froid, même si je suis malade, je ne regrettes pas et ça va me manquer de ne plus voir tout au loin la tour Eiffel!!!

img_4851

19 février: Dernière soirée. J’ai une courbature géante à la place du corps, la tête comme une passoire, les oreilles bouchées, le nez c’est une patate toute rouge, je n’ai qu’une envie c’est de dormir et non je devrais encore réviser encore a fond les ballons ce soir puisque l’oral a été un peu catastrophique…. dégoûtée…

img_4854

20 janvier: rentrer chez soi et trouver un un gros bouquet de fleurs…. que du bonheur!!!

fullsizerender-2

21 janvier: on se réconforte comme on peut!!!!!

Grippe 1/ Julie 0, c’est confirmé la semaine prochaine je reste à la maison du coup et le médecin m’a dit que j’allais pas m’en débarrasser comme ça de ma grippe, génial, j’ai une course dimanche!!!!

fullsizerender-3

22 janvier: petit garde malade…